Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tito Topin, blog-trotteur.

La vitesse m'emmerde.

La vitesse m'emmerde. À ma décharge, je suis d'une génération où il fallait attendre le quotidien du matin pour savoir qui avait gagné l'étape du tour de France la veille, où le poste de radio était une décoration de cheminée plutôt qu'une source d'information, où la télévision nous disait bonsoir les petits avant de s'éteindre, où on avait réussi sa vie si à cinquante ans on avait un Solex, où un virus venu de Shanghaï mettait 45 jours de bateau en passant par le canal de Suez avant de se faire estourbir à Marseille par la potion du bon docteur Raoult, où on prenait le temps d'apprendre par coeur les chefs-lieux de départements et le débit de la Loire. Ne pas confondre vitesse et précipitation, me disait ma grand-mère. Elle avait raison. On peut aller vite. Certes. Mais se précipiter implique forcément qu'on se précipite contre quelque chose -, et quelque chose de dur. Un mur, par exemple. Aujourd'hui, tout se précipite, se catapulte, les rumeurs vont plus vite que les événements, les fausses nouvelles sont cliquées des millions de fois et deviennent vérités incontournables, on fait un gosse et il en sait plus que nous avant d'avoir fini son biberon, on cague avant d'avoir mangé, on pisse avant d'avoir bu le pastis, on divorce à peine a-t-on dit oui devant le maire, on vit dans le noir à la vitesse de la lumière, on danse plus vite que la musique, Los Angeles est à deux pas, Marrakech au coin de la rue, on touite, on drone, on trace, on sait qui a éternué dans son coude dans un périmètre de cent mètres mais on ne sait rien de la vie, on meurt avant de l'avoir vécue. Je vous l'ai dit, la vitesse m'emmerde.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article