Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tito Topin, blog-trotteur.

Les enfants m'emmerdent.

Les enfants m'emmerdent. À ma décharge, lorsque j'étais petit, les grandes personnes étaient très grandes. Chez moi, c'étaient des monuments revêtus de noir, comme des catafalques sur pieds, prolongés vers le haut par des chapeaux qui me paraissaient immenses, avec des grosses voix, des moustaches en poils de sanglier, des sourcils de députés socialistes, des mentons beigbeder. Ils se réunissaient le dimanche autour d'un couscous pour décider de la future grande personne que je serai. Leur préférence allait vers l'uniforme. Je serai douanier, c'était le plus prestigieux. En tout cas, fonctionnaire, il n'y a pas mieux pour la retraite. Pas flic ni gendarme, il y en avait déjà un dans la famille, qui l'avait déshonorée. Ingénieur dans les Eaux-et-Forêts ou les Phosphates comme le tonton Rosolino, par exemple, ce serait bien. Ça discutait de ça, les grandes personnes, du moins celles de ma famille. Un après-midi d'été, j'avais un peu grandi, j'enfourche mon vélo, je rate la pédale, mon entrejambe heurte la potence du guidon. Ouille. Jambes écartées, les couilles comme des œufs d'autruche (on ne disait pas testicules, on ne connaissait pas ce mot savant). "T'as été voir une femme ?" me demande une grande personne en se penchant vers moi avec bienveillance. "Non, c'est le vélo." "Si tu dois recommencer, fais-moi signe, je te recommanderai quelqu'un." "Je te jure, tonton, c'est le vélo." "Eh bien, quand t'auras besoin de repédaler, j'ai une bonne adresse que t'iras voir de ma part, c'est sans risque, ne le dis pas à ta mère." Soixante-dix ans ont passé. Je regarde mes arrière-petits-enfants lever la tête vers moi, le sourire baveux. Ils me voient de bas en haut, en contre-plongée, et je sais qu'ils me prennent pour une grande personne, ces petits cons (je profite de ce qu'ils ne savent pas encore lire). Je ne suis pourtant pas en noir, je n'ai pas de moustaches, ni de chapeaux, j'ai des chemisettes hawaïennes avec des oiseaux des vahinés des palmes des fleurs d'hibiscus et des canards dorés, des pantalons larges à pois rouges, à rayures blanches, des casquettes américaines, des slips français et des tongs brésiliennes. J'écoute Christine and the Queens, je chante en anglais, je bois du whisky irlandais, je mange du poisson cru et je n'ai pas de bonnes adresses à proposer à mes arrière-petits-enfants lorsqu'ils auront un accident de vélo parce que ce sont des filles. Comment ne comprennent-elles pas que je ne suis pas une grande personne ? Vraiment, les enfants m'emmerdent.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article