Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tito Topin, blog-trotteur.

CASABLANCOUIC.

Nous avions de beaux mots évocateurs dans notre langue, tels que cinématographe, vélocipède, aéroplane, chemin de fer, bicyclette, automobile, vélomoteur, métropolitain, motobécane, des mots latinisants et pourtant empreints de progrès… Motobécane, par exemple, c’était joli, c’était populaire, plein de bon sens, un mot facile à comprendre. Bécane à moteur. C’est devenu MBK et ça ne veut plus rien dire.
Je suis fatigué d’entendre ou de lire PS plutôt que parti socialiste, LREM, PC, OM, PSG, OL, tous ces mots qui écorchent, RATP, des SNCF, VGE, FOG, TGV, EDF, FIFA, JFK, SACEM, SACD, HLM, LOL, PDG, PMU, des sigles d’une laideur rare qu’on nous inflige à la radio, dans la presse, pour aller plus vite, plus vite, plus vite. RATP, ça sonne mieux que Métropolitain, SACD c’est autrement plus fort que Société des Auteurs, PMU que Pari Mutuel, n’est-ce pas ? La SNCF… Ah mais non, ça n’existe plus, les chemins de fer ça n’se dit plus, mon bon monsieur, c’est OuiGo qu’il faut dire maintenant. J’ai mis un certain temps à comprendre qu’il s’agissait d’un jeu de mots franco-anglais. We go ! On y va ! Je me demande qui sont ces gens à qui viennent des idées pareilles ? Comment vivent-ils ? Combien sont-ils payés pour ça ? Quels diplômes ont-ils obtenus pour être aussi intelligents ? Ont-ils des oreilles en pointe ? Dans quelle position font-ils l’amour ? Et pour finir, quel est l’usager qui a envie de prendre un Ouigo ? Désormais, on ne prendra plus l’Orient-Express, on prendra l’Ouigoquick. Mais qui aura envie d’écrire Le crime de l’Ouigocouic ? (d’Agatha Christie) Qui va nous refaire La Maldone des Ouigoslipingues ? (de Tonino Benaquista) Night ouigo to Venice ? (de Carlo Quinterio) Death, Deceit and Destiny aboard the Ouigocouic. (de Mark Roper)… Verra-t-on bientôt, dans une nouvelle version de Casablanca, le pianiste Sam presser Humphrey Bogart (Rick), sur le quai de la gare où il attend la Suédoise qui ne vient pas tandis que rôde l’air de “As time goes by” :
Retour plan serré sur Rick, bouleversé. En amorce gauche, Sam le regarde. Off, l’ouigochief siffle trois fois pour annoncer le départ de l’ouigocouic.
- Sam : That’s the last call. Do you hear me ?
Plan rapproché. La pluie continue de tomber à verse. Sam, inquiet, ramasse les valises et prend Rick par le bras pour l’entraîner de force vers l’ouigocouic.
- Sam : Come on, boss. Let’s get out of here, hurry up, the ouigoquick will leave.

Décidément, plus encore que par manque d’oxygène, c’est par manque de romantisme que meurt notre époque.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Domi Bares 08/05/2019 22:25

Oh oui ! Arrêtons ces « onomatopées « en forme de sigles je suis d’accord pour l’enorme Zeste de romantisme et surtout pour l’utilisation de tous les mots dont nous pouvons disposer ... Merci !